dimanche 19 novembre 2017
 Mail Imprimer
Santé - jeuneafrique.com

1,4 million d’enfants risquent de mourir de faim cette année selon l’Unicef

L’Unicef tire la sonnette d’alarme : près de 1,4 million d’enfants sont menacés par la famine cette année au Nigeria, en Somalie, au Soudan du sud et au Yémen.

Au Yémen, où une guerre civile fait rage depuis près de deux ans, 462 000 enfants souffrent  de malnutrition sévère. Ils sont près de 450 000 dans le nord-est du Nigeria, fief du groupe islamiste Boko Haram.

Les régions les plus reculées de la province nigériane du Borno sont déjà frappées par la famine depuis la fin de l’année dernière selon Fews Net, le Réseau des systèmes d’alerte précoce contre la famine.

Un désastre qui risque d’empirer

En Somalie, la sécheresse a laissé 185 000 enfants au bord de la famine. Ils seront quelque 270 000 d’ici quelques mois, a mis en garde l’Unicef. Autre point d’inquiétude : le Soudan du Sud, en pleine guerre civile, où la faim menace plus de 270 000 enfants. La famine vient juste d’être déclarée dans certaines parties de l’État d’Unité, dans le nord du pays, où vivent 20 000 enfants.  

Le directeur de l’Unicef Anthony Lake a appelé à agir vite : “Nous pouvons encore sauver de nombreuses vies”, a-t-il déclaré. Mais le désastre risque d’aller en s’aggravant, les agences d’aides étant dans l’impossibilité d’atteindre les victimes, souligne l’Unicef.

Lire aussi ...
Conseil Santé

L’accident vasculaire cérébral (AVC) a lieu suite à une irrigation sanguine insuffisante du cerveau, ce qui entraîne un manque d’oxygénation au niveau des zones cérébrales. Avec près de 6 millions de décès par an, l’AVC est considéré comme la première cause de mortalité dans le monde. Quels sont donc ses causes et ses symptômes ?

Pharmacies
Pharmacie de garde
Abidjan Interieur
     
Newsletter
Inscrivez-vous à notre newsletter
Services d'urgence
  • Police Secours :
  • 111/170
  • SAMU :
  • 22 44 53 53
  • Ambulances :
  • 21 35 36 88
  • Pompiers :
  • 180
  • SAMU-Réanimation :
  • 185
  • Institut National d'Hygiène Publique :
  • (+225) 21 25 92 54
Suivez-nous sur